L’atelier artisanal

Le travail du bois

Cet atelier est fréquenté essentiellement par les garçons. Les objets qui y sont réalisés sont choisis par le travailleur.

Une scie à chantourner adaptée aux personnes handicapées donne la possibilité à certains d’entre eux de pouvoir découper le bois sans danger et avec plus de précision. Un variateur de vitesse ralentit le moteur. Le premier exercice consiste à se familiariser avec la machine et à découper le bois en suivant des lignes, des courbes. Pour certains cela semble assez facile mais pour d’autres, c’est en recommençant régulièrement qu’ils apprennent à l’utiliser et à découper sur un trait.

Après la découpe, il reste tout le travail de ponçage pour corriger la découpe et embellir l’objet. Une fois le ponçage terminé, selon la pièce et leur choix, ils pourront peindre, vernir ou pyrograver s’ils le désirent. Nous insistons beaucoup sur la finition du travail car nous trouvons important que le résultat soit beau et que l’on ait envie d’acheter l’objet. La qualité prime sur la quantité.


Le travail des pots

Suite aux difficultés de certains à utiliser la machine à bois (peur d’employer des outils ou incapacité), nous avons choisi de créer des personnages à l’aide de pots en terre.

Pour cette activité, il s’agit d’abord de trouver les bons pots, de bonne dimension et la quantité nécessaire pour les réaliser. Quand on a tout le matériel, l’activité peut commencer : mise en peinture des pots, décoration des personnages en employant différentes matières pour les oreilles, le nez, les yeux, etc.


La boulangerie

Cette activité a pris de l’ampleur au fil des années et les travailleurs l’apprécient beaucoup. La boulangerie a permis à des personnes plus limitées d’être valorisées dans leur travail et aussi d’obtenir de très beaux résultats.

En effet, les pains que l’on fabrique de la journée sont consommés au moment du goûter et c’est l’occasion pour ces personnes d’être valorisées immédiatement car leur pain est beau et excellent.

Un lundi sur deux, le groupe qui est composé de 4 personnes fait du pain pour la semaine. Depuis peu, une personne travaille pour aider à laver la vaisselle, enfariner les platines car la boulangerie demande de l’attention toute la matinée et pour certains, il est nécessaire de se reposer.

On commence l’activité en préparant tous les ingrédients et le matériel nécessaire. Quand cela est prêt, nous mettons un tablier, nous lions nos cheveux et nous nous lavons les mains convenablement avant d’entamer la préparation des pâtes à pain. Je pèse la farine, mets le sel pendant que les travailleurs délayent la levure. Ils peuvent commencer à travail leur pâte pour la rendre homogène et quand ils ont terminé, ils mettent leur pâte monter pendant qu’ils aident à ranger le local. A quatre reprises, ils reprennent les pâtes pour les travailler afin de faire rentrer de l’air et leur permettre de monter avant de les mettre dans les moules.

Quand le travail autour du pain est terminé, ils peuvent ranger le matériel et nettoyer le local à l’eau.


La couture et la broderie

Cette activité est surtout demandée par les filles qui confectionnent de très belles choses en employant des techniques différentes. Des nappes brodées aux points de croix, points de tige ou points avant, sont travaillées par certaines d’entre elles.

D’autres filles qui éprouvent plus de difficultés, se mettent à la couture en faufilant les morceaux de tissus pour les assembler ; les piqûres à la machine se font par un autre travailleur.

L’utilisation de la couleur pour tissu est employée par d’autres filles pour décorer un sac, un essuie, une nappe, etc.


La laine feutrée

Cette nouvelle technique donne l’occasion aux personnes plus limitées d’obtenir des résultats. Ces réalisations peuvent être employées de manières différentes et sur tous les supports textiles. A l’aide d’une aiguille spéciale très fine et dentelée, on feutre la laine mohair en la piquant à plusieurs reprises sur un gros mousse. Plus on la pique, plus elle feutre et cela donne le résultat voulu.

On choisit une forme, ensuite on réalise cet objet en feutrant la laine. On peut alors appliquer cet objet comme décoration sur un sac, un essuie, une écharpe, une couverture, etc. La fixation se fait de la même manière c’est-à-dire en piquant les deux parties ensemble avec l’aiguille


Les danses folkloriques

Les danses folkloriques se font à des moments bien précis lors des week-ends, pendant le camp ou lors de représentations devant des spectateurs. Nous participons par exemple à la Journée Européenne de la Personne Handicapée. Il est donc important que pour les représentations de spectacles, les danses soient bien préparées.

Pour cela, nous répétons pendant plusieurs mois avant la date de la représentation, les pas et les figures des danses choisies par les travailleurs. Ces moments de présentation sont valorisants pour le groupe. C’est aussi l’occasion de pouvoir mettre les costumes de

Les commentaires sont fermés.